Accueil > Encyclopédie > Aigu / Chronique / Grave
Les derniers articles
30 Octobre 2017
Dans ce second volet consacré à la neurologie seront passées en revue les neuropathies les plus fréquentes.
23 Octobre 2017
La neurologie est une spécialité médicale en plein essor, du fait notamment du développement des neurosciences.
16 Octobre 2017
Association, voilà bien un mot qui parle à tout le monde.
09 Octobre 2017
Algie et douleur sont strictement synonymes, mais le premier est nettement moins employé que le second.
02 Octobre 2017
Faire une recherche bibliographique, c’est étudier toute la production scientifique ou pédagogique destinée aux médecins.

Aigu / Chronique / Grave

Aigu et chronique font référence à la durée d’une affection ; bénin et grave à son intensité.


Aigu et grave

 

Le contraire d’une maladie grave, ce n’est pas une maladie aiguë, mais une maladie bénigne. Le contraire d’une maladie aiguë, c’est une maladie chronique.

En acoustique, un son aigu a une fréquence élevée, comme celui du violon. Un son grave a une fréquence basse, comme celui de la contrebasse. Le contraire d’aigu, dans ce sens, c’est donc grave.

 

Instruments à cordes, aigüs et graves

 

Maladie grave et maladie bénigne

En médecine, le contraire d’une maladie grave, ce n’est pas une maladie aiguë, mais une maladie bénigne. Une affection habituellement bénigne, comme la grippe, peut parfois être grave, voire mortelle. La grippe espagnole du début du XXème siècle a fait plus de morts que la guerre de 14-18 !

Il y a différents degrés dans la gravité, les maladies les plus graves pouvant être mortelles (on dit aussi létales). On emploie également l’adjectif « sévère » à la place de grave, et le substantif « sévérité » à la place de « gravité ».

maladies chroniques

Affection aiguë et affection chronique

Toujours dans le langage médical, le contraire d’une maladie aiguë, c’est une maladie chronique.

Les affections chroniques ont habituellement un début progressif, et une durée longue. Certaines sont même définitives, comme le diabète : même bien équilibré, un diabétique restera diabétique jusqu’à la fin de ses jours.

Les affections aiguës, à l’inverse, ont en règle générale un début brutal et une durée brève. Exemple : l’appendicite aiguë. Plus le début d’une appendicite est brutal, plus les lésions de l’appendice risquent d’être importantes. On pourrait donc dire que « plus c’est aigu, plus c’est grave », ce qui serait un paradoxe en acoustique, comme indiqué ci-dessus !

Une affection aiguë peut se terminer de trois façons différentes : la guérison, avec ou sans séquelle, le décès du patient, ou le passage à la chronicité : c’est la chronicisation. Une poussée aiguë d’une affection chronique, c’est l’acutisation.

 

Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.