Accueil > Encyclopédie > Abcès / Pus
Les derniers articles
26 Juin 2017
Le phénomène d’auto-immunité est de plus en plus souvent incriminé dans la genèse de certaines affections, qui sont alors identifiées comme des maladies auto-immunes.
23 Juin 2017
Le patient de la chambre 21   Prosopopée médicale dramatique     Deuxième partie : les soignants   Docteur Christian THOMSEN Introduction   Dans la première partie de ce texte, Le patient de la chambre 21, le point de vue principal était celui du patient, encore que tous les intervenants se soient exprimés à la première personne, y compris la chambre, comme autant de personnages secondaires.
22 Juin 2017
Le patient de la chambre 21 Fin 41 L’essai thérapeutique n’a pas marché.
21 Juin 2017
Le patient de la chambre 21 Suite 20 C’est le grand jour, celui de l’opération : J0 (J zéro), comme ils disent.
20 Juin 2017
Le patient de la chambre 21 Prosopopée médicale dramatique  Ce texte bref a été écrit dans la foulée de la lecture du merveilleux livre de Ruwen Ogien, Mes mille et une nuits (entre drame et comédie), dans lequel ce philosophe qui a le mérite d’écrire de manière très claire, raconte dans le détail son cancer du pancréas, pour en tirer des réflexions philosophiques du plus haut intérêt, notamment sur la sens à donner (ou pas) à la maladie et à la douleur.

Abcès / Pus

Un abcès est une collection remplie de pus. Encore faut-il être sûr qu’il s’agisse bien de pus.


Le mot pus est, en effet, l’un des plus galvaudés qui soit dans le langage médical.


Abcès

Un abcès (du latin abcessus, abcès) est une tuméfaction inflammatoire remplie de pus dans un organe. On peut en trouver dans tous les organes. La gravité de l’abcès dépend en grande partie de sa localisation.

En revanche, on ne parle pas d’abcès lorsque le pus se trouve dans un liquide de l’organisme, sans collection individualisée : du pus dans l’urine ou le LCS (liaquide cérébro-spinal, ex liquide céphalo-rachidien) ne sont pas des abcès, mais une infection urinaire ou une méningite. Cela peut être tout aussi grave.

Abcès

Le mot collection (et l’adjectif collecté) fait l’objet d’un article spécifique.

On distingue deux types d’abcès : l’abcès chaud, de loin le plus fréquent, et qui correspond à la description ci-dessus, et l’abcès froid, devenu très rare, que l’on observait dans la tuberculose et certaines mycoses.

Le mot abcès donne abcédation, qui signifie transformation d’une collection inflammatoire en collection purulente, ainsi que l’adjectif abcédé, qui veut dire qu’on est en présence d’un abcès.

Abcès cutané

Pus

Le mot pus (du grec puon, pus) correspond à une définition précise : c’est un liquide épais, souvent malodorant, de couleur variable en fonction du germe responsable (souvent de couleur crème ou verdâtre), constitué par des débris cellulaires nécrosés, et dont la présence a été provoquée par un germe pathogène retrouvé dans les prélèvements bactériologiques.

Or, dans l’immense majorité des cas, ce que les patients, ou même le personnel paramédical, voire certains médecins, appellent pus ne correspond pas à ces critères.

Un exemple me semble particulièrement frappant : toute plaie cutanée qui n’est pas recouverte de peau de manière étanche suinte obligatoirement, comme une phlyctène de la paume de la main (une « cloque »). Or cet écoulement n’est pratiquement jamais du pus, mais presque toujours qualifié ainsi par le patient ou son infirmière.

Antibiotiques

Il ne s’agit pas ici d’un simple abus de langage, mais d’un vrai problème médical. En effet, s’il y a réellement du pus, un traitement est indispensable, par antibiothérapie et/ou mise à plat chirurgicale. Dans le cas contraire, une antibiothérapie serait une erreur, malheureusement très souvent commise. De plus, si un prélèvement bactériologique a  malencontreusement été effectué, il a toutes les chances d’être positif, ce qui traduit en règle générale l’existence d’une simple colonisation bactérienne. En clair, il ne suffit pas qu’un prélèvement trouve des germes pour qu’il s’agisse d’une infection. Corollaire : il ne faut faire de prélèvement que pour orienter l’antibiothérapie quand il y a infection, mais jamais pour faire le diagnostic d’infection. Cette règle de base est malheureusement méconnue d’un grand nombre de médecins. En effet, si un prélèvement est positif, mais qu’il n’y a pas d’infection, il sera très difficile, voire impossible, de faire admettre au patient qu’il n’a pas besoin d’antibiotiques.

Un célèbre chirurgien spécialisé dans la main, le Dr R. Vilain, avait résumé cela dans une formule mémorable : « Paix pour les germes de bonne volonté !».

On emploie également le mot suppuration pour désigner une collection abcédée.

L’adjectif correspondant à pus est purulent, et celui correspondant à suppuration est suppuratif.

Pustule

Une pustule est une lésion cutanée qui contient une goutte de pus. C’est donc une forme d’abcès a minima.

Fistule artério-veineuse

Fistule

Quand un abcès se vide dans un autre organe ou au niveau de la peau, le trajet ainsi constitué s’appelle une fistule. C’est ainsi que la fistule anale est la forme chronique de l’abcès de la marge anale, quand celui-ci s’est spontanément vidé à la peau.

Mais le mot fistule ne s’emploie pas que dans cette situation ; fistule veut dire, plus généralement, communication anormale entre deux organes : par exemple, une fistule artério-veineuse met en communication une artère et une veine voisine, soit de façon spontanée (notamment après un traumatisme), soit de manière provoquée, en particulier chez les insuffisants rénaux dialysés grâce à une fistule artério-veineuse chirurgicale.

Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.