Accueil > Encyclopédie > Client / Malade / Patient
Les derniers articles
11 Février 2019
Nos cellules sont faites en partie de lipides, qui proviennent pour la plupart des graisses que nous consommons quotidiennement, et souvent de manière excessive.
06 Février 2019
L’humanité serait, selon certains intellectuels, en route vers un stade posthumain, du fait des progrès technologiques récents, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle.
28 Janvier 2019
Clonage, eugénisme et orthogénie sont trois façons d’agir artificiellement et volontairement sur le patrimoine génétique d’une espèce.
21 Janvier 2019
Dans un article couplé à celui-ci sont analysées les notions assez récentes de transhumanisme et de posthumanisme.
14 Janvier 2019
Actuellement, humeur et thymie sont des termes appartenant au vocabulaire de la psychologie ou de la psychiatrie.

Client / Malade / Patient

Autrefois, les malades étaient les clients de leur médecin ; aujourd’hui, ce sont des patients.


 

On a toujours parlé de « malades », mais on a de plus en plus tendance à employer le vocable « patients ». Faut-il y voir une tendance à l’américanisation, puisque patient, en anglais, désigne un malade ? A vrai dire je ne sais…

On n’ose plus employer le terme « clients », qui sonne trop commercial, et chacun sait que la Médecine , du moins en France, n'est pas considérée comme un commerce. Pourtant, pour désigner l’ensemble des patients que soigne un médecin libéral, on parle plus volontiers de « clientèle » que de « patientèle », allez savoir pourquoi…

Un nouveau type de patient: l'actient

Grâce au développement des réseaux sociaux et à la masse d’informations médicales disponibles sur le Net, les patients ont de plus tendance à devenir des acteurs de leur propre santé, ce que l’on appelle des « actients ». Ils s’informent, agissent et rétroagissent par le biais de communautés virtuelles. Bref, ils ne sont plus des consommateurs passifs d’une prestation de soins.

Le patient comme « consommateur de soins »

Dans une vision comptable de la médecine, le patient est décrit comme un consommateur de soins. Ceux-ci  sont prescrits par les médecins, qui deviennent donc des prescripteurs de dépenses de santé. Tous les autres intervenants (personnel paramédical, laboratoires pharmaceutiques, pharmaciens…) sont considérés comme des prestataires.

Malheureusement, ces considérations comptables ne sont pas à négliger, et font de la médecine, qu’on le veuille ou non, une activité de type commercial, même si ce n'est pas un commerce au sens habituel du terme.

Médecine et commerce

Cependant, si la Médecine n'est pas véritablement un commerce, il faut bien reconnaître qu'il y a des similitudes troublantes, et que l'on choisit en fait, sans le savoir, son médecin traitant, ou son spécialiste, comme on choisit n'importe quel commerçant.

Votre coiffeur, par exemple, vous pouvez l'avoir choisi parce qu'on vous l'a vivement recommandé, et qu'il s'occupe bien de votre chevelure, de préférence pour pas cher; si, en plus, son salon est près de chez vous, qu'il est sympathique, et que, de surcroit, il ne vous fait jamais attendre, alors vous avez trouvé l'oiseau rare, et seul son départ en retraite pourrait vous faire renoncer à lui.

Eh bien, si vous y réfléchissez bien, ce sont les mêmes critères que l'on retient pour choisir son médecin. En effet, il suffit de remplacer "coiffeur" par "médecin", "votre chevelure" par "votre santé", et "salon" par "cabinet". Songez-y...

Article publié le 24 février 2014, modifié le 5 novembre 2018

Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.