Accueil > Encyclopédie > Cœlioscopie / Laparoscopie
Les derniers articles
11 Septembre 2017
La maladie, les médecins et moi Le parcours d’un patient Cinquième partie : la fin de vie Chapitre 15 : paroles de soignants Dans ce dernier chapitre, ce sont les soignants qui ont la parole.
10 Septembre 2017
La maladie, les médecins et moi Le parcours d’un patient Cinquième partie : la fin de vie Chapitre 14 : la fin du parcours Aujourd’hui les enfants sont tous venus me voir, les uns après les autres.
09 Septembre 2017
La maladie, les médecins et moi Le parcours d’un patient Cinquième partie : la fin de vie* Chapitre 13 : les soins palliatifs J’ai donc  souhaité être pris en soins palliatifs.
08 Septembre 2017
 La maladie, les médecins et moi Le parcours d’un patient Quatrième partie : les métastases Chapitre 12 : réapparition des métastases L’oncologue, le Dr V.
07 Septembre 2017
 La maladie, les médecins et moi Le parcours d’un patient Quatrième partie : les métastases Chapitre 11 : l’hépatectomie Mon chirurgien, le Dr G.

Cœlioscopie / Laparoscopie

Ces deux mots sont absolument synonymes, de même que laparotomie et coeliotomie.


Cœlioscopie vient de la racine grecque koïlia, qui désigne le ventre, avec le suffixe grec skopein, qui veut dire examiner. Laparoscopie, en revanche, dérive de la racine grecque lapara, les lombes.

Laparotomie et cœliostomie ont les mêmes racines que laparoscopie et cœlioscopie, avec le suffixe « tomie » qui veut dire section (tomê en grec).

Ce qui est curieux, c’est que l’usage veuille qu’on dise plutôt cœlioscopie que laparoscopie (en français du moins) mais, à l’inverse, plus souvent laparotomie que cœliotomie, très peu usité.


Au fait, qu’est-ce que c’est qu’une « cœlioscopie » ?

Doc.Thom au travailDoc Thom en plein effort de coelioscopie

Tout simplement une voie d’abord qui permet, avec une caméra et des instruments longs et fins, de réaliser des interventions dans la cavité abdominale quasiment sans ouverture de celle-ci. C’est ce que les chirurgiens appellent une technique mini-invasive.

Quand la cœlioscopie n’est pas possible, ou pas souhaitable, on a encore recours à la bonne vieille laparotomie, ouverture de la cavité abdominale pour y réaliser les mêmes interventions.

Pour prendre un exemple concret, la cholécystectomie (ablation de la vésicule) est réalisée quasi exclusivement par cœlioscopie ; mais si une difficulté technique apparaît, on convertit en laparotomie pour terminer l’intervention en toute sécurité.

Le terme de cœlioscopie n’est pas connu de la plupart des patients ; en revanche, la grande majorité d’entre eux ont entendu parler de « la technique avec des petits trous ».

Doc Thom en plein effort de coelioscopie

Vidéo chirurgie

Un usage fautif de  cœlioscopie se répand pour désigner par ce terme toutes les interventions réalisées par vidéo-chirurgie, c’est-à-dire avec une caméra implantée dans une cavité. Quand on met une caméra dans une articulation, c’est une arthroscopie, dans la plèvre une pleuroscopie, dans le thorax une thoracoscopie, etc…

Enfin, il convient de ne pas confondre cœlioscopie et coloscopie, qui désigne l’exploration  endoscopique du côlon.

La cœlioscopie, une invention française

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la cœlioscopie  est très ancienne, puisqu’elle a été inventée juste après la seconde guerre mondiale, par un gynécologue français du nom de Palmer. Pendant plusieurs décennies, la cœlioscopie est restée purement exploratrice. Elle est devenue opératoire, et a pu prendre son envol, au mitan des années 80, grâce au couplage avec la vidéo, qui a permis à l’opérateur de disposer de ses deux mains pour opérer. Ce développement extraordinaire s’est fait d’abord en France, par des chirurgiens exerçant dans le privé, et contre l’avis de la plupart des pontes du public, qui ont eu du mal à croire dans une technologie dont ils n’étaient pas les promoteurs. On connaît la suite.

Actuellement, les cœlioscopistes  belges sont parmi les meilleurs du monde.

Un dernier point concerne la prononciation

La diphtongue « œ »  se prononce « é » et non pas « eu », comme on l’entend trop souvent. On prononce donc «célioscopie » pour cœlioscopie, « ésophage » pour œsophage, et « énologie » pour œnologie ; mais c’est alors  un autre domaine que médical, tout aussi passionnant.

 

Doc Thom vous suggère les articles suivants :
Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.