Accueil > Encyclopédie > Confraternité / Confrère / Consoeur
Les derniers articles
04 Novembre 2019
En médecine, faire (ou donner, ou prodiguer) un soin à un patient est un acte effectué par un soignant.
26 Octobre 2019
La vie, c’est tout ce qui se passe pour un individu entre sa naissance et sa mort.
12 Octobre 2019
Clonage, eugénisme et orthogénie sont trois façons d’agir artificiellement et volontairement sur le patrimoine génétique d’une espèce.
05 Octobre 2019
Ces deux notions complémentaires, d’origine anglo-saxonne et en provenance de l’industrie, sont devenues essentielles dans le domaine sanitaire et social.
10 Août 2019
L’humanité serait, selon certains intellectuels, en route vers un stade posthumain, du fait des progrès technologiques récents, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Confraternité / Confrère / Consoeur

De même qu’une fratrie, c’est l’ensemble des frères et sœurs d’une même famille, la confraternité concerne l’ensemble des membres du corps médical, quelque soit leur sexe.


La première des obligations de la confraternité, c’est de respecter la déontologie dans les rapports entre confrères.


Consœur

On ne dit pas « consororité » quand il s’agit de femmes médecins (et d’ailleurs, le mot n’existe pas). En revanche, pour les femmes, on emploie fréquemment le féminin consœur. Personnellement, je préfère confrère, car je suis hostile à la féminisation des titres et des fonctions (cf. l’article Docteur  et médecin).

Confrères

 Tous les médecins sont donc des confrères les uns pour les autres, et il est d’usage, quand un médecin écrit à un confrère, de lui donner du cher confrère.

 Les professions dites paramédicales sont exclues du champ de la confraternité médicale : un pharmacien n’est pas le confrère d’un médecin ; mais tous les pharmaciens entre eux sont des confrères.

Confraternité

Confraternité

La confraternité, c’est, avant tout, respecter certaines règles de bonne conduite entre personnes qui exercent le même métier, la médecine en l’occurrence : par exemple, on ne doit pas médire d’un « cher confrère » (du moins, en principe…). Lorsqu’un médecin se comporte bien sur ce plan, on dit volontiers qu’il est « confraternel ».

Mais, malheureusement, on entend parfois des médecins dire, en parlant par exemple du travail d’un confrère chirurgien : « mais qui a bien pu vous faire une aussi vilaine cicatrice ? ». Là, ce n’est plus du tout confraternel…

 

Collègues

Dernier détail : il était de tradition, entre internes (ou anciens internes) des Hôpitaux de Paris de se désigner mutuellement comme « collègues », ce qui est une façon un peu cryptée de dire que l’on appartient à la même prestigieuse confrérie. J’ignore si cette tradition quelque peu ésotérique persiste en 2017.

Article publié le 6 mars 2017

 

Doc Thom vous suggère les articles suivants :
Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.