Accueil > Encyclopédie > Fonctionnel / Organique
Les derniers articles
03 Décembre 2018
Guérisseur est un terme générique servant à désigner les personnes qui s’adonnent à un vaste ensemble de pratiques souvent ancestrales relevant de la pensée magique, auxquelles une partie non négligeable des Français a régulièrement recours en cas de maladie ou de blessure.
26 Novembre 2018
Méditation, relaxation et sophrologie sont des pratiques de plus en plus répandues en Occident, notamment en vue d’obtenir un état de bien-être qui est un des éléments de la bonne santé.
05 Novembre 2018
Autrefois, les malades étaient les clients de leur médecin ; aujourd’hui, ce sont des patients.
22 Octobre 2018
Il semble qu’il faille s’attendre à une nette augmentation des catastrophes, naturelles ou d’origine humaine, notamment en raison du réchauffement climatique (action néfaste de l’homme sur la nature).
15 Octobre 2018
La médecine tend à s’adapter de plus en plus à chaque patient : c’est ce que l’on appelle la médecine personnalisée.

Fonctionnel / Organique

La distinction entre fonctionnel et organique est parfois très difficile à faire comprendre aux patients qui souffrent de troubles fonctionnels.


Distinguer ce qui relève du fonctionnel de ce qui est organique peut parfois nécessiter une enquête approfondie, d’autant qu’il est possible de cumuler les deux types de problèmes.


Lésion et trouble organiques

Diverticules

Schématiquement, « un trouble organique » est provoqué par une affection identifiable par l’examen clinique et les examens complémentaires. Il existe une « lésion » que l’on peut mettre en évidence de façon objective. Voici un exemple parmi des milliers possibles : si vous avez des douleurs épigastriques (c’est-à-dire dans la partie supérieure de l’abdomen), et que la fibroscopie gastrique (gastroscopie) découvre un ulcère de l’estomac, vos douleurs sont organiques. Elles sont dues à l’ulcère. Accessoirement, on pourra dire avec certitude qu’elles sont d’origine gastrique. En effet, beaucoup de patients qui se plaignent de douleurs épigastriques disent qu’ils ont « mal à l’estomac », alors qu’ils n’en savent rien. Ils veulent simplement dire qu’ils ont mal dans la région où ils situent l’estomac.

A l’inverse, si vous avez des douleurs épigastriques (des « épigastralgies »), mais qu’aucune lésion n’est retrouvée, ni par la fibroscopie, ni par l’imagerie, on dira, au terme d’un bilan complet, que vos douleurs sont fonctionnelles.

Dysfonctionnement des organes

Douleur spasmodique

« Un trouble fonctionnel » correspond, très schématiquement,  au mauvais fonctionnement  d’un organe ou d’un système, cette anomalie de fonctionnement se traduisant habituellement par des douleurs. On attribue en général les troubles fonctionnels au stress.

Ce qui est troublant dans l’exemple choisi, c’est que, s’il ne fait guère de doute que les douleurs épigastriques fonctionnelles sont dues au stress, on rend également le stress responsable de l’apparition d’un ulcère gastrique, même si on sait que celui-ci est favorisé par la présence d’une bactérie appelée helicobacter pylori. Le stress semble donc omniprésent dans notre vie moderne.

Normalité du bilan et troubles fonctionnels

Troubles fonctionnels

Ce qui inquiète souvent, bien à tort, les patients qui souffrent de troubles fonctionnels, c’est la normalité des examens. Cela devrait les rassurer, mais c’est souvent l’inverse qui se produit. Soit ils pensent qu’on n’a pas encore fait le bon examen, celui qui permettrait de trouver ce qu’ils ont, et ils seront demandeurs de nouveaux examens. Soit ils pensent que les médecins ne les prennent pas au sérieux. « Docteur, je vois bien que vous pensez que tout ça c’est dans ma tête ! ». Dans un cas comme dans l’autre, l’étiquette « fonctionnel » ne leur convient pas, et ils le vivent très mal.

 

De l’intérêt des mots savants

Il suffit parfois de mettre un nom savant sur le problème pour donner satisfaction au patient. Je me souviens parfaitement d’un malade qui avait depuis longtemps des douleurs inexpliquées. Un jour, il est venu me voir avec un air triomphant, en me disant : « ça y est, on sait enfin ce que j’ai. Ah bon, et c’est quoi ?  lui ai-je demandé. Des « algies chroniques », me répondit-il ». Ce qui est amusant, ce que le mot algie est un synonyme de douleur, et rien de plus. Mais ce synonyme savant avait suffi à le rassurer : on le prenait enfin au sérieux...

Dans le même ordre d’idée, les patients atteints de fibromyalgie se trouvent confortés par le fait de pouvoir mettre une étiquette sur leurs douleurs.

Traitement étiologique ou symptomatique ?

En ce qui concerne le traitement, celui d’un trouble organique, c’est, dans l’idéal, celui  de la cause (traitement dit « étiologique ») ; si cela n’est pas possible, on mettra en route un traitement symptomatique, qui tentera d’atténuer les symptômes.

La prise en charge d’un trouble fonctionnel est souvent très difficile, et c’est probablement ce que notre Médecine occidentale réussit le moins bien. Je crois que ces patients gagnent à être pris en charge par des approches plus globales que sont les médecines complémentaires, notamment l’acupuncture ou l’hypnose. Mais ce n’est que mon opinion, et elle est loin d’être partagée par l’ensemble du corps médical.

Article publié le 1er décembre 2014

Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.