Les derniers articles
10 Août 2019
L’humanité serait, selon certains intellectuels, en route vers un stade posthumain, du fait des progrès technologiques récents, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle.
27 Mai 2019
Une hormone est une molécule messagère produite par une cellule endocrine pour agir à distance par voie sanguine sur une cellule-cible en réponse à une stimulation.
06 Mai 2019
L’encéphale est la partie du système nerveux central qui est contenue dans le crâne.
15 Avril 2019
La bioéthique est la branche de l’éthique médicale qui s’occupe des nombreuses et souvent nouvelles questions posées par la biomédecine.
08 Avril 2019
Déontologie et éthique recouvrent des notions qui ne sont pas que médicales, mais qui ont une importance capitale dans le domaine médical.

Jour J

Le jour J, D-Day en anglais, c’est un jour capital pour les patients.


Les chirurgiens et leurs collaborateurs ont l’habitude de désigner les jours qui suivent une intervention chirurgicale par la lettre « J » suivie d’un chiffre correspondant au nombre de jours passés depuis l’intervention, celle-ci se déroulant, par convention, à « J0 ».

Si on vous dit que vous serez opéré(e) un lundi et que vous sortirez probablement à « J2 », cela signifie que vous sortirez, si tout va bien, le mercredi. De même, on enlève en général les fils à « J10 », soit 10 jours après l’intervention.


Ambiguïté et incompréhension

Jour J

J’ai le souvenir très précis d’un patient à qui j’avais dit « vous serez hospitalisé la veille (sous-entendu de l’intervention), et vous sortirez le lendemain (toujours implicitement par rapport au jour de l’intervention) ». Le jour de l’intervention, il me demande à sortir dans la soirée, m’affirmant que c’était ce que je lui avais promis lors de la consultation. Je n’arrivais pas à comprendre l’origine du malentendu, jusqu’à ce que je me rende compte que le patient avait compris « vous sortirez le lendemain du jour de l’entrée », autrement dit « le lendemain de la veille » ! L’explication fut assez rude, et m’a fait prendre conscience de la difficulté de se faire comprendre sans ambiguïté, y compris pour les choses les plus anodines qui ne semblent prêter à aucune discussion possible.

Attention à l’humour avec les patients

Dans le même ordre d’idées lié au risque d’incompréhension, je pense qu’il faut faire très attention avec l’humour : si votre interlocuteur n’a pas le même sens de l’humour que vous, il risque de prendre très mal une remarque que vous pensiez amusante. Dans la vie de tous les jours, ce n’est pas très grave, mais dans la relation médecin-malade, cela peut avoir des conséquences nettement plus sérieuses.

Une remarque pour terminer : les anglo-saxons utilisent l’expression « D surgery » pour désigner la chirurgie ambulatoire ; nous n’avons pas l’équivalent avec la lettre « J ».

Article publié le 25 septembre 2017

Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.