Accueil > Encyclopédie > Médecin étranger
Les derniers articles
04 Novembre 2019
En médecine, faire (ou donner, ou prodiguer) un soin à un patient est un acte effectué par un soignant.
26 Octobre 2019
La vie, c’est tout ce qui se passe pour un individu entre sa naissance et sa mort.
12 Octobre 2019
Clonage, eugénisme et orthogénie sont trois façons d’agir artificiellement et volontairement sur le patrimoine génétique d’une espèce.
05 Octobre 2019
Ces deux notions complémentaires, d’origine anglo-saxonne et en provenance de l’industrie, sont devenues essentielles dans le domaine sanitaire et social.
10 Août 2019
L’humanité serait, selon certains intellectuels, en route vers un stade posthumain, du fait des progrès technologiques récents, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Médecin étranger

Tout le monde le sait, il y a de plus en plus de médecins étrangers en France, et notamment  dans les hôpitaux publics.


En médecine libérale, le recours aux médecins étrangers est nettement plus rare, en particulier pour des raisons linguistiques. En effet, un médecin libéral qui ne parlerait pas correctement le Français aurait bien du mal à se constituer une patientèle.

Deux questions se posent : pourquoi cet état de fait ? Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?


Excellence revendiquée du système de santé et de la formation médicale en France

La France, nul ne l’ignore, s’enorgueillit d’avoir un des meilleurs systèmes de santé du monde. La question de savoir si cela correspond vraiment à la réalité reste cependant ouverte.

Ce qui se discute probablement moins, c’est l’excellente qualité de la formation médicale française, qui attire dans notre pays beaucoup de d’étudiants en médecine étrangers qui recherchent une formation de haut niveau. Tous ne repartiront pas dans leur pays pour y exercer leur métier, ce qui est certainement très dommageable pour les pays en question. S’ils restent en France, on les considèrera plutôt comme des médecins de formation française mais d’origine étrangère que comme des médecins étrangers à proprement parler.

Etudiants en médecine français expatriés

A l’inverse, de plus en plus de jeunes Français qui ne peuvent pas étudier la médecine en France, du fait de notes insuffisantes, partent à l’étranger pour y suivre leurs études médicales, notamment en Belgique, et actuellement en Roumanie. Ils reviendront exercer la médecine en France avec une formation probablement moins bonne (du moins pour la Roumanie) que celle qu’ils auraient acquise en France (ne serait-ce que du fait d’une durée inférieure des études médicales). Le problème serait alors d’avoir en France des médecins français munis de diplômes dévalorisés,quand ils n’auraient pas, tout simplement, été acheté par les étudiants, comme cela se passe de manière notoire en Roumanie.

Impossibilité de fonctionnement des hôpitaux français sans médecins étrangers

Mais s’il y a autant de médecins étrangers en France, c’est-à-dire des médecins avec des diplômes étrangers, c’est parce que, sans ces nombreux médecins sous-payés (du moins tant qu’ils ne sont pas titularisés), les hôpitaux ne pourraient tout simplement pas fonctionner. Les raisons de cette pénurie de médecins français sont nombreuses (numerus clausus mal adapté, déserts médicaux…), mais l’une de ces raisons est intéressante à détailler : les médecins français sont trop accaparés par des tâches non médicales pour être disponibles à 100% pour leur cœur de métier, qui est de soigner leurs patients.

Médecin étranger

Un exemple pour me faire comprendre : quand vous devez renouveler votre correction visuelle, lentilles ou lunettes, est-il indispensable que ce soit un médecin ophtalmologue qui s’en charge ? Un(e) collaborateur(trice) spécialisé(e) de l’ophtalmologiste ne pourrait-il(elle) pas faire l’affaire, ou même un opticien d’officine ? Cette proposition, qui n’est pas de moi, serait de nature à raccourcir considérablement les délais d’attente en ophtalmologie.

 De même, c’est en France que la consultation de généraliste dure en moyenne le plus longtemps (18 min.). Ce n’est certainement pas parce que les médecins français seraient plus sérieux que leurs confrères européens, mais parce que ceux-ci disposent de collaborateurs (secrétaires, infirmières…) qui leur font gagner un temps précieux. Et s’ils ont la chance de pouvoir s’offrir les services de ces collaborateurs, c’est tout simplement parce qu’ils sont beaucoup mieux payés que leurs homologues français.

Qui sont ces médecins étrangers qui restent travailler en France ?

Union européenne

Chronologiquement, d’abord des médecins maghrébins, ce qui se comprend par les liens historiques entre ces pays et la France, et du fait de leur bonne pratique de la langue française. Pour pouvoir exercer la médecine en France, il leur faut un diplôme reconnu par les autorités françaises. La même remarque s’applique aux médecins en provenance de l’Afrique francophone.

Actuellement, on voit de plus en plus de médecins des anciens « pays de l’Est », d’abord la Pologne, puis la Roumanie et la Bulgarie. En effet, depuis que ces pays sont entrés dans l’Union Européenne, leurs diplômes sont reconnus par l’ensemble des pays membres, ce qui ne veut pas dire, loin s’en faut, que leur formation soit équivalente à celle des pays historiques de l’UE. Quant à leur pratique de la langue française, elle laisse souvent à désirer, ce qui perturbe souvent les patients qu’ils sont amenés à prendre en charge.

En ce qui concerne la chirurgie, on voit très peu de spécialistes venant de pays comme l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie ou le Royaume Uni ; cela se comprend parfaitement quand on sait (mais le public ne le sait pas) que les chirurgiens français sont nettement moins bien payés que leurs homologues des pays qui ont le même niveau de vie que le nôtre. En revanche, on voit en France nombre de chirurgiens syriens, souvent très bien formés dans leur pays, du moins quand leur pays n’était pas ravagé par la guerre.

Origine géographique et compétence

On l’aura compris, notre système de santé ne peut pas se passer des médecins étrangers.

Mais, à vrai dire, ce n’est pas l’origine géographique des médecins exerçant dans nos hôpitaux qui compte, mais leur compétence. Certains de ces médecins étrangers sont même tellement compétents qu’ils peuvent accéder à des chefferies de service prestigieuses.

Si une solide formation, telle qu’elle est délivrée dans les facultés de médecine françaises, ne suffit pas à garantir la compétence d’un médecin, elle reste une condition nécessaire pour atteindre un tel objectif.

Article publié le 30 décembre 2013

 

Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.