Accueil > Encyclopédie > Médecine factuelle / Médecine fondée sur la preuve
Les derniers articles
11 Février 2019
Nos cellules sont faites en partie de lipides, qui proviennent pour la plupart des graisses que nous consommons quotidiennement, et souvent de manière excessive.
06 Février 2019
L’humanité serait, selon certains intellectuels, en route vers un stade posthumain, du fait des progrès technologiques récents, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle.
28 Janvier 2019
Clonage, eugénisme et orthogénie sont trois façons d’agir artificiellement et volontairement sur le patrimoine génétique d’une espèce.
21 Janvier 2019
Dans un article couplé à celui-ci sont analysées les notions assez récentes de transhumanisme et de posthumanisme.
14 Janvier 2019
Actuellement, humeur et thymie sont des termes appartenant au vocabulaire de la psychologie ou de la psychiatrie.

Médecine factuelle / Médecine fondée sur la preuve

L’expression médecine factuelle (médecine par les faits) est l’équivalent français de evidence based medicine, ou EBM autrement dit la médecine fondée sur les preuves.


A mon grand désespoir, nombre de médecins traduisent encore EBM par médecine basée sur l’évidence, ce qui me paraît être un contresens. En effet, le mot evidence est un faux ami, puisque, aussi bien en anglais qu’en américain, il signifie preuve. Dans la langue française, quelque chose est évident lorsque l’on sait que c’est vrai sans avoir à le démontrer, ce qui est l’exact opposé d’une preuve, qui permet de démontrer formellement quelque chose.


Faire avancer la science médicale

Médecine factuelle

La médecine fondée sur les preuves, ou médecine factuelle constitue la façon actuelle de faire avancer la science médicale. C’est une démarche qui balaie la bibliographie sur un sujet, de manière à voir avec quel niveau de preuves une affirmation peut être considérée comme exacte. Quand on dit, par exemple, que tel nouveau traitement est x% plus efficace que le traitement considéré jusque là comme le meilleur, il faut pouvoir étayer solidement une telle affirmation. Il ne suffit pas de dire : « j’ai essayé tel nouveau traitement, et je peux attester qu’il marche ». Une telle affirmation, autrefois courante, est actuellement complètement discréditée.

Association GRACE

D'une manière un peu caricaturale, on pourrait définir la médecine factuelle par une expression du genre de celle-ci: "Pas d'opinion: des faits, rien que des faits".

Prenons, entre des milliers possibles, un exemple concret, celui de la récupération postopératoire, que l’on appelle également « réhabilitation ». Pendant des décennies, la façon d’appréhender les soins postopératoires relevait d’une routine apprise pendant les années de formation au métier d’anesthésiste ou de chirurgien, et n’était jamais remise en cause. En soumettant ces pratiques à l’épreuve de la médecine factuelle, on a montré que la plupart d’entre elles n’étaient pas validées ; elles n’étaient justifiées que par l’habitude. On a pu ainsi simplifier les suites opératoires, ce qui a permis l’éclosion de la chirurgie ambulatoire.

Si ces questions de « réhabilitation améliorée » vous intéressent, vous pouvez vous rendre sur le site de l’association GRACE : www.grace-asso.fr.

La médecine n’est pas une science exacte : vérité d’aujourd’hui ; erreur de demain !

Malgré les progrès de la médecine factuelle, la médecine n’est toujours pas, et ne sera jamais, une science exacte. Dans une science « dure », comme la physique, une loi est éternelle, et vaut pour l’ensemble de l’Univers, comme la loi de la gravitation. En revanche, une théorie n’est vraie que tant qu’une autre ne vient pas la contredire. Ainsi, la théorie du « big bang » pourrait être prochainement remplacée par une autre, dans laquelle l’Univers n’aurait ni début ni fin.

Vue comme cela, l'EBM, c'est un peu l'usine à gaz!

La médecine n’est donc pas une science « dure », et les vérités d’un jour peuvent parfaitement être les erreurs du lendemain ; il suffit qu’un essai clinique vienne dire le contraire de ce que l’on croyait être vrai pour tout remettre en question, et susciter de nouveaux essais cliniques pour tenter de trancher. C’est un processus sans fin.

Article publié le 17 février 2014

Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.