Accueil > Encyclopédie > Endémie / Epidémie / Epidémiologie / Pandémie
Les derniers articles
27 Mai 2019
Une hormone est une molécule messagère produite par une cellule endocrine pour agir à distance par voie sanguine sur une cellule-cible en réponse à une stimulation.
06 Mai 2019
L’encéphale est la partie du système nerveux central qui est contenue dans le crâne.
15 Avril 2019
La bioéthique est la branche de l’éthique médicale qui s’occupe des nombreuses et souvent nouvelles questions posées par la biomédecine.
08 Avril 2019
Déontologie et éthique recouvrent des notions qui ne sont pas que médicales, mais qui ont une importance capitale dans le domaine médical.
01 Avril 2019
L’expression médecine factuelle (médecine par les faits) est l’équivalent français de evidence based medicine, ou EBM autrement dit la médecine fondée sur les preuves.

Endémie / Epidémie / Epidémiologie / Pandémie

Les  trois termes endémie, épidémie et pandémie appartiennent au vocabulaire de l’épidémiologie. Ils ont leur équivalent dans le domaine des maladies animales, parfois transmissibles à l’homme.


Les quatre termes ici expliqués étaient initialement dédiés aux maladies infectieuses, avant que leur champ d’application ne s’élargisse, notamment pour ce qui concerne l’épidémiologie.

Rappelons qu’une maladie infectieuse est une affection transmise par un micro-organisme, qu’il s’agisse d’une bactérie, d’un virus, d’un parasite, d’un champignon ou encore d’un protozoaire.

Une maladie transmissible, ou contagieuse, est une maladie  qui passe d’un sujet atteint à un sujet sain. la grippe est très contagieuse, le SIDA beaucoup moins.

Les maladies contagieuses sont donc des maladies infectieuses, lesquelles ne sont pas toutes, loin s’en faut, transmissibles : le paludisme n’est pas contagieux.


Epidémiologie

A ses débuts l’épidémiologie  se cantonnait à l’étude des épidémies. Mais cela a bien changé.

En effet, l’épidémiologie actuelle est devenue une des disciplines sur lesquelles s'appuient la santé publique et  la médecine Epidémiologiepréventive. Le travail de l’épidémiologiste consiste à étudier les facteurs influant sur la santé des populations et le développement des maladies, et pas seulement celles qui se développent de manière épidémique.

L’épidémiologiste fait des études qui portent  sur la fréquence  des maladies (incidence et prévalence), sur leur répartition dans la population, sur leurs facteurs de risque, et sur la mortalité et la létalité dont elles sont responsables.

Il existe trois types d’études épidémiologiques : l’épidémiologie descriptive, qui recueille des informations, l’épidémiologie analytique, qui décortique les déterminants des affections étudiées, et l’épidémiologie évaluative, qui mesure l’efficacité d’une politique de santé publique.

L’épidémiologie analytique, qui cherche à évaluer des risques relatifs, procède par différents modes d’études : les études de cohorte, les études cas-témoin, et les essais randomisés contrôlés.

Endémie

PaludismeL’endémie se définit par la présence habituelle d’une maladie, en générale infectieuse, dans une population déterminée ou une région précise, avec une incidence stable : le paludisme est  endémique  dans de nombreux pays africains ; l’hépatite A est endémique en Thaïlande, ce qui implique la nécessité de se faire vacciner avant de se rendre dans ce pays. 

Compte tenu de l’incidence élevée du paludisme dans le monde, on comprend qu’une maladie endémique puisse être plus fréquente qu’une maladie épidémique.

Epidémie

Une épidémie se définit par la croissance rapide de l’incidence d’une maladie dans une région  donnée et pendant une période Epidémie de grippedonnée.

Rappelons que l’incidence d’une maladie correspond au nombre de nouveaux cas survenant pendant une période donnée. C’est, avec la prévalence, une des deux manières d’exprimer la fréquence de survenue d’un évènement.

Initialement, le terme d’épidémie ne concernait que les maladies infectieuses, comme la variole autrefois,   le SIDA ou la fièvre hémorragique due au virus Ebola actuellement, et la grippe tous les ans depuis fort longtemps.

L’épidémie se propage du fait de la grande contagiosité de la maladie transmissible incriminée (rappelons que toutes les maladies infectieuses ne sont pas contagieuses).

L’adjectif épidémique a deux contraires : endémiqu», que nous venons de voir, et sporadique, qui signifie occasionnel, ou au cas par cas.

Pandémie

VirusUne pandémie est une épidémie de très grande envergure,  qui se développe sur un vaste territoire, en dépassant les frontières des états.

La définition donnée à ce terme par  l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a varié à plusieurs reprises.

L’Histoire a gardé le souvenir de plusieurs grandes pandémies, notamment la peste noire au XIVème siècle, qui a tué environ la moitié de la population européenne, et la grippe espagnole, entre 1918 et 1920, qui a fait infiniment plus de victimes que la Grande Guerre elle-même. La grippe espagnole a été meurtrière de par ses complications pulmonaires d’origine bactérienne, de sorte que, si l’on avait connu les antibiotiques à cette époque, il y aurait eu infiniment moins de morts, ce qui n’enlève rien au fait que les antibiotiques soient inefficaces contre la plupart des virus.Pandémie grippale

A l’heure actuelle, les infections virales pandémiques concernent essentiellement le SIDA et Ebola, en termes de mortalité et de létalité, et la grippe saisonnière en termes de morbidité.

EbolaRappelons que la variole, pandémie responsable de plusieurs centaines de millions de morts jusqu’au milieu du XXème siècle, a été déclarée éradiquée par l’OMS en 1979, et cela grâce à la vaccination.

Fort heureusement, les épidémies et les pandémies finissent par décroître spontanément. Si tel n’était pas le cas, la grande peste noire du Moyen Âge aurait fini par éradiquer toute la population européenne ; elle a reflué après en avoir tué environ la moitié.

Fausses épidémiesObésité

On a actuellement tendance à parler d’épidémie pour toute affection devenant, de par son incidence importante et sans cesse croissante, un problème de santé publique : on utilise ainsi le mot épidémie pour qualifier l’obésité, le burnout ou le suicide en milieu professionnel, tous problèmes dont l’incidence ne cesse effectivement d’augmenter.

 Dans le cas de l’obésité, le terme d’épidémie est mal choisi car la maladie reste tout le temps présente ; il s’agirait donc plutôt d’une endémie que d’une épidémie. Mais même le terme endémie ne me semble pas adéquat, car ce dernier suppose une stabilité de l’incidence, qui, dans le cas qui nous occupe, augmente constamment. Le terme exact reste donc à inventer.

Equivalents dans le monde animal

Grippe aviaireL’épidémie a son pendant dans le règne animal : l’épizootie. On parle également de  panzootie et d’endootie, par analogie avec la pandémie et l’endémie.

Une affection épizootique qui se transmet à l’homme s’appelle une zoonose, comme l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, mieux connue sous le nom de maladie de la vache folle), qui a donné lieu à des cas humains de maladie de Creutzfeldt-Jakob, affection constamment mortelle, mais fort heureusement rare et sporadique.

La grippe aviaire est une épizootie, voire une panzootie, qui pourrait devenir une zoonose ; la grippe aviaire, si elle se transmettait à l’homme, pourrait se transformer en une épidémie, ou même une pandémie, cauchemar de tous ceux qui ont des responsabilités en santé publique.

Article publié le 22 mai 2015

Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.