Accueil > Encyclopédie > Analyse / Autolyse / Catalyse / Dialyse / Lyse
Les derniers articles
24 Avril 2017
Le premier mot, métastase, ne s’emploie guère que pour le cancer ; le second, récidive, est d’un emploi beaucoup plus large.
17 Avril 2017
Ces deux mots sont absolument synonymes, de même que laparotomie et coeliotomie.
13 Avril 2017
Le patient de la chambre 21 Prosopopée médicale dramatique  Ce texte bref a été écrit dans la foulée de la lecture du merveilleux livre de Ruwen Ogien, Mes mille et une nuits (entre drame et comédie), dans lequel ce philosophe qui a le mérite d’écrire de manière très claire, raconte dans le détail son cancer du pancréas, pour en tirer des réflexions philosophiques du plus haut intérêt, notamment sur la sens à donner (ou pas) à la maladie et à la douleur.
10 Avril 2017
Internet est, à l'évidence, une révolution comme il y en a eu peu dans l'histoire de la connaissance.
03 Avril 2017
Etymologiquement, les mots du langage médical proviennent pour leur grande majorité du grec ou du latin.

Analyse / Autolyse / Catalyse / Dialyse / Lyse

Quatre de ces termes ont le cinquième comme racine.


Lyse est un radical qui vient du verbe grec luein, qui signifie détacher,  délier ou encore dissoudre. Ce terme peut être employé pour lui-même, ou comme suffixe dans les mots suivants : analyse, autolyse, catalyse, dialyse, électrolyse, hydrolyse ou encore pyrolyse. On ne s’intéressera ici qu’à ceux de ces termes qui sont utilisés en médecine, à savoir analyse, autolyse, catalyse, dialyse, et, bien sûr, lyse.


Lyse

En biologie, la lyse est un processus de désintégration de la membrane cellulaire sous l’effet d’un agent lytique, une lysine, qui aura comme conséquence  un apport massif d’eau intracellulaire. Cet apport hydrique  va  faire éclater la cellule par choc osmotique, libérant ainsi des débris que l’on appelle lysats. La cellule ainsi détruite aura été lysée.

La lyse cellulaire s’oppose à l’apoptose, qui est un mécanisme physiologique de mort cellulaire programmée.

Autolyse

L’autolyse, c’est, conformément à l’étymologie, une autodestruction.Autolyse

Ce mot possède trois acceptions dans le vocabulaire médical : en  psychiatrie, en médecine légale et en biologie.

En psychiatrie, on emploie autolyse comme synonyme de suicide, car le premier mot possède une connotation moins agressive que le second. Cependant, si on parle plus volontiers de tentative d’autolyse (TA) que de tentative de suicide quand le suicide est « raté », en revanche on n’utilise pas, en général, le mot autolyse quand le suicide est « réussi ».

En médecine légale, l’autolyse décrit un processus de modification naturelle du corps après la mort, par arrêt de toute activité métabolique. C’est un mécanisme aseptique, contrairement à la putréfaction, mécanisme septique.

HoméopathieEn biologie, l’autolyse aseptique est obtenue en laissant un organe se dégrader par lyse cellulaire en conditions stériles. On obtient ainsi un autolysat, que l’on utilise en thérapeutique homéopathique. On fabrique ainsi le fameux oscillococcinum à partir d’un autolysat de cœur et de foie de canard.

En boucherie (ce qui nous éloigne un peu du sujet, encore que…), l’autolyse de la viande correspond à la phase de maturation, qui permet  de pouvoir  cuire une viande plus tendre que de la viande consommée trop fraîche.

Catalyse

La catalyse est un processus d’accélération, dans des proportions considérables, d’une réaction chimique grâce à un catalyseur ; en biochimie, ce sont les enzymes qui jouent ce rôle de catalyseur. Une réaction enzymatique est toujours une catalyse.

Dialyse

La dialyse est une méthode qui permet de pallier une fonction rénale défaillante en éliminant les déchets sanguins comme l’urée et la créatinine, ainsi que l’eau excédentaire. On l’appelle également épuration extrarénale ou encore rein artificiel. La dialyse utilise les fonctions d’une membrane semi-perméable, artificielle dans l’hémodialyse, naturelle (le péritoine) dans la dialyse péritonéale.Hémodialyse

Les différentes méthodes utilisées sont : la dialyse péritonéale ; l’hémodialyse, qui passe par un circuit de circulation extracorporelle nécessitant le recours à une fistule artério-veineuse ; l’hémofiltration continue, utilisée dans les services de Réanimation, pour passer un cap aigu pendant lequel le patient est en anurie ; l’hémodiafiltration, qui combine hémodialyse et hémofiltration.

Chez les patients en insuffisance rénale chronique et non greffés, l’hémodialyse est réalisée sous forme de séances pluri-hebdomadaires dans des centres de dialyse ; dans certains cas, l’hémodialyse peut être faite au domicile du patient, s’il a suffisamment d’autonomie. 

Analyse

En logique, l’analyse, qui consiste à décomposer un ensemble en parties constitutives, s’oppose à la synthèse, qui décrit le cheminement inverse. Mais ce n’est pas le cas en médecine, domaine dans lequel le terme d’analyse est très utilisé, mais avec des sens différents selon les disciplines.

AnalyseLe sens le plus commun est celui de la biologie clinique : analyse de sang, analyse d’urine, analyse toxicologique…, toutes opérations effectuées dans un laboratoire d’analyses médicales. Il s’agit ici d’identifier des composants, et d’en mesurer la teneur. Ces analyses sont réalisées par des automates, l’intervention humaine étant limitée au prélèvement par un auxiliaire médical, et à l’interprétation par le biologiste.

Cependant, bien que l’on continue à parler d’analyse, l’accréditation des laboratoires demande que l’on remplace analyse par examen, et laboratoire d’analyses médicales par laboratoire de biologie médicale. 

Dans le domaine des statistiques médicales, l’analyse des données permet de tirer des conclusions d’un essai clinique. Lorsque l’on collige plusieurs études cliniques, on procède à une méta-analyse, qui permet d’affiner les conclusions des essais analysés.

De même, en gestion des risques, lorsqu’un évènement indésirable grave s’est produit, on procède à l’analyse a posteriori des causes. L’analyse des risques a priori permet d’aboutir à une cartographie des risques.

Analyse en psychologie: la psychanalysePsychanalyse

Dans le langage de la psychanalyse, qui comprend la racine analyse comme suffixe, on abrège volontiers psychanalyse (analyse freudienne) en analyse, sans précision ; le thérapeute est l’analyste, et le thérapisant (le patient) l’analysé ; l’ensemble des séances d’analyse représente la cure psychanalytique. 

En psychologie, on décrit également d’autres formes d’analyses : analyse existentielle, analyse de groupe, analyse institutionnelle.

Analyse pharmaceutique

Dans le cadre de la dispensation des médicaments, qui, en France du moins, relève du monopole pharmaceutique, le pharmacien est tenu, avant de délivrer le produit, de procéder à une analyse pharmaceutique qui vérifie un certain nombre de points : la pertinence de la prescription, le respect de la posologie (notamment chez les enfants et les insuffisants rénaux), le respect des contre-indications et l’attention portée aux interactions médicamenteuses (attention aux associations dangereuses), la validité de l’ordonnance… La responsabilité civile et pénale du dispensateur n’est pas dégagée par le fait qu’il applique une prescription médicale.

Vous n'avez pas trouvé l'information recherchée dans cet article ? Consultez notre page de sites recommandés.