Accueil > Fictions > La maladie, les médecins et moi
Les derniers articles
15 Avril 2019
La bioéthique est la branche de l’éthique médicale qui s’occupe des nombreuses et souvent nouvelles questions posées par la biomédecine.
08 Avril 2019
Déontologie et éthique recouvrent des notions qui ne sont pas que médicales, mais qui ont une importance capitale dans le domaine médical.
01 Avril 2019
L’expression médecine factuelle (médecine par les faits) est l’équivalent français de evidence based medicine, ou EBM autrement dit la médecine fondée sur les preuves.
25 Mars 2019
L’intelligence artificielle tient une place de plus en plus grande en médecine, notamment grâce aux logiciels d’aide au diagnostic et aux algorithmes décisionnels, également appelés arbres de décision.
18 Mars 2019
L’humanité serait, selon certains intellectuels, en route vers un stade posthumain, du fait des progrès technologiques récents, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle.
La maladie, les médecins et moi
Le parcours d'un patient

A

Adjuvant/Néo-adjuvant : adjuvant : traitement qui vient en complément du traitement principal, et après la réalisation de celui-ci. Néo-adjuvant : le traitement adjuvant intervient avant le traitement principal.

Arrêt de travail : seul un médecin est habilité à prescrire un arrêt de travail, pour une durée précisée dans le document. Ne concerne que les salariés.

C

Chambre implantable : dispositif médical implanté dans une grosse veine, permettant de réaliser la chimiothérapie sans avoir à piquer une veine à chaque séance. La chambre est placée sous la peau, en avant des côtes, à gauche ou à droite. On parle galement de site implantable.

Cure/curatif : cure est un mot polysémique, utilisé ici pour désigner non pas l’ensemble du traitement, mais une seule séance de ce traitement. L’adjectif curatif qualifie ce qui est fait en vue de la guérison.

E

Effet secondaire/effet indésirable : un médicament a toujours un effet principal, qui est l’effet recherché (on dit aussi l’effet thérapeutique), et d’autres effets, non voulus, qui sont les effets secondaires. Ceux-ci peuvent être bénéfiques, mais plus souvent nocifs ; ce sont alors des effets indésirables. En pratique, effet secondaire et effet indésirable sont souvent employés l’un pour l’autre.

F

Faux positif/faux négatif : il s’agit de termes du vocabulaire des statistiques médicales. Un faux positif est un résultat positif alors qu’on aurait attendu un résultat négatif ; l’inverse pour le faux négatif.

Fiche RCP : fiche informatique que le praticien responsable du patient remplit préalablement à la RCP, qui sert à présenter le patient et à noter les décisions prises.

G

Ganglion : il s’agit ici des ganglions lymphatiques (il existe des ganglions nerveux), qui servent à la lutte contre les infections et à la destruction des cellules cancéreuses circulantes. Quand cette fonction n’est plus efficace, les ganglions sont envahis par les cellules circulantes, et deviennent « positifs ».

Groupement hospitalier de territoire (GHT): regroupement fonctionnel de plusieurs hôpitaux présents sur le même territoire sanitaire autour d’un « hôpital pivot » centralisateur. Le but est d’optimiser les activités et les ressources humaines, notamment médicales.

H

Hémopathie maligne : cancer du système hématopoïétique (sanguin), comme la leucémie ou la maladie de Hodgkin.

I

Iatrogène/Iatrogénique : induit par un traitement. Les deux adjectifs s’emploient indifféremment.

Indication : situation clinique dans laquelle un traitement est proposé. Exemple : on porte l’indication d’une chimiothérapie adjuvante. Le contraire est la contre-indication. Indication : on peut faire le geste ; contre-indication : il ne faut pas le faire ; abstention : il n’est pas nécessaire de le faire.

Infirmière d’annonce : infirmière spécialisée dans le dispositif d’annonce d’une maladie grave.

Infirmière libérale : on parle aussi d’infirmière à domicile.

M

Marqueur tumoral : molécule présente normalement dans le sang à un taux très bas, lequel s’élève en cas de cancer. Certains marqueurs sont spécifiques d’un cancer donné, d’autres peuvent être corrélés à plusieurs cancers. En cancérologie digestive, le plus utilisé est l’ACE, antigène carcino-embryonnaire.

Métastase : tumeur-fille qui se développe à distance de la tumeur-mère, notamment dans le foie et les poumons. On parle également de localisation secondaire, le cancer étant la localisation primitive. Quand il y a des métastases, quel que soit leur localisation, le cancer est devenu « généralisé ».

N

Neuropathie périphérique : atteinte distale des nerfs, provoquée ici par la chimiothérapie.

O

Oncogénétique : branche de la génétique qui s’intéresse au cancer. En effet, certains cancers sont héréditaires, et l’on peut évaluer avec précision le risque personnel d’un parent de patient atteint de ce type de cancer, afin de lui proposer soit une surveillance très serrée, soit des mesures prophylactiques comme la mastectomie (ablation du sein) préventive (cf. le cas médiatisé d’Angelina Jolie).

Oncologie : en théorie, l’oncologie est la discipline qui traite du cancer sous tous ses aspects (y compris la recherche), alors que la cancérologie ne s’occupe que des aspects cliniques. En pratique, les deux termes sont utilisés indifféremment, et le cancérologue spécialiste de la chimiothérapie est souvent qualifié d’oncologue (mais pas le radiothérapeute).

Oncopôle : regroupement, sur un même site, des activités médicales liées à l’oncologie.

P

Plan personnalisé de soins : programme détaillé du traitement proposé à un patient.

Prescription : utilisé ici comme synonyme d’ordonnance.

Protocole thérapeutique : traitement prescrit selon une modalité strictement définie, qui doit être respectée à la lettre.

Psychologue : le patient atteint d’un cancer et son entourage proche peuvent bénéficier de séances de soutien psychologique prises en charge par l’Assurance maladie.

R

Radiothérapie/Rayons : la radiothérapie, c’est l’utilisation des rayonnements ionisants pour traiter le cancer. Le cancérologue spécialiste de radiothérapie est un radiothérapeute. Les patients parlent de « rayons ». Les rayonnements sont également utilisés en imagerie médicale ou en médecine nucléaire,  mais on ne parle pas dans ce cas de radiothérapie.

Rémission : période dépourvue d’évènement lié au cancer, qui commence avec la fin du traitement et qui se termine au bout de cinq ans. On peut alors parler de guérison.

Rectum : partie terminale du tube digestif, qui fait suite au côlon sigmoïde. Les cancers du rectum sont de même nature que les cancers du côlon, raison pour laquelle on parle de cancer colorectal.

S

Secret médical : secret professionnel spécifique à la profession médicale. Toutes les personnes qui travaillent en établissement de soins ou dans un cabinet médical, et qui ont connaissance d’informations médicales, notamment les secrétaires et les soignants, y sont tenues.

Surveillance : on parle également de suivi. Un patient traité pour un cancer, quel qu’il soit, doit être suivi au moins pendant cinq ans.

T

Télémédecine : littéralement, médecine à distance. Dans le cas présent, le terme fait référence à la visioconférence.

Territoire de santé : zone géographique sanitaire comportant des établissements publics et privés, centrés autour d’un établissement de référence. En matière de cancérologie, ce pôle de référence est souvent un centre anticancéreux.  La dénomination d’oncopôle, pour désigner un établissement spécialisé dans la prise en charge du cancer, est récente.

Tolérance : la tolérance d’un traitement, c’est le nombre et l’intensité des effets secondaires qu’il génère ; plus il y en a, plus la tolérance est mauvaise. A ne pas confondre avec l’efficacité du traitement.