Accueil > Thématiques > Bénéfice / Responsabilité / Risques
Les derniers articles
19 Février 2018
La douleur abdominale aiguë est un motif très fréquent de consultation en urgence, qui concerne aussi bien les médecins généralistes et urgentistes, que les chirurgiens, ou encore les pédiatres quand il s’agit d’un enfant.
12 Février 2018
La température normale du corps humain est comprise dans d’étroites limites.
05 Février 2018
L’ophtalmologie est une spécialité médico-chirurgicale qui ne s’occupe que de pathologies de l’œil et de ses annexes.
29 Janvier 2018
L’œil est l’organe dédié à la vision (on dit aussi la vue).
22 Janvier 2018
Les termes contraction, contracture, crampe et défense concernent l’activité musculaire.

Bénéfice / Responsabilité / Risques

Consulter ci-dessous la liste des articles de cette thématique :

  • Compliqué peut vouloir dire aussi bien « difficile » que « suivi d’une complication », ou encore « accompagné d’une complication ».
  • Un traitement, quel qu’il soit, peut avoir d’autres effets que l’effet recherché.
  • Les parabènes, les perturbateurs endocriniens et les pesticides sont des polluants qui ont des effets sanitaires délétères de mieux en mieux connus.
  • Plainte 18/04/2016
    La plainte peut être l’expression d’un symptôme ou d’un mécontentement.
  • La judiciarisation désigne l’irruption du juridique dans le médical, via la recherche d’une mise en cause possible de la responsabilité médicale en cas de dommage subi par un patient.
  • Ces deux notions complémentaires, d’origine anglo-saxonne et en provenance de l’industrie, sont devenues essentielles dans le domaine sanitaire et social.
  • Ces dernières années l’accent  a été mis par les tutelles sur deux notions qui sont liées dans la gestion des risques médicaux, à savoir le dommage associé aux soins et l’évènement indésirable grave.
  • Lorsqu’une erreur médicale a été commise, il y a en général un préjudice, un dommage pour le patient.
  • D’après la définition que l’OMS donne de la santé, le bien-être en est partie prenante.
  • Ces deux obligations sont définies par le Code civil.
  • La connaissance du grec ancien nous apprend que « iatros », dans cette belle langue morte, désigne un médecin.
  • La science médicale n’étant pas une science « dure » comme la physique ou la chimie  progresse essentiellement grâce aux études statistiques et au calcul des probabilités, qui sont à la base de ce que l’on appelle la recherche clinique d’une part, l’épidémiologie d’autre part.
  • On a coutume de dire qu’il n’y a pas de bonne façon d’annoncer les mauvaises nouvelles.
  • Tout acte médical, si anodin soit-il en apparence, présente un risque ; celui-ci n’est acceptable que si l’on attend, en contrepartie, un bénéfice de cet acte ; soigner des patients consiste donc, in fine, à évaluer à chaque fois le fameux « rapport bénéfice/risque ».