Accueil > Thématiques > Bénéfice / Responsabilité / Risques
Les derniers articles
27 Mai 2019
Une hormone est une molécule messagère produite par une cellule endocrine pour agir à distance par voie sanguine sur une cellule-cible en réponse à une stimulation.
06 Mai 2019
L’encéphale est la partie du système nerveux central qui est contenue dans le crâne.
15 Avril 2019
La bioéthique est la branche de l’éthique médicale qui s’occupe des nombreuses et souvent nouvelles questions posées par la biomédecine.
08 Avril 2019
Déontologie et éthique recouvrent des notions qui ne sont pas que médicales, mais qui ont une importance capitale dans le domaine médical.
01 Avril 2019
L’expression médecine factuelle (médecine par les faits) est l’équivalent français de evidence based medicine, ou EBM autrement dit la médecine fondée sur les preuves.

Bénéfice / Responsabilité / Risques

Consulter ci-dessous la liste des articles de cette thématique. Ces derniers sont classés chronologiquement, les plus récents apparaissant en premier.

  • La médecine est tout à la fois une science humaine et un savoir technique.
  • Compliqué peut vouloir dire aussi bien « difficile » que « suivi d’une complication », ou encore « accompagné d’une complication ».
  • Un traitement, quel qu’il soit, peut avoir d’autres effets que l’effet recherché.
  • Les parabènes, les perturbateurs endocriniens et les pesticides sont des polluants qui ont des effets sanitaires délétères de mieux en mieux connus.
  • Plainte 18/04/2016
    La plainte peut être l’expression d’un symptôme ou d’un mécontentement.
  • La judiciarisation désigne l’irruption du juridique dans le médical, via la recherche d’une mise en cause possible de la responsabilité médicale en cas de dommage subi par un patient.
  • Ces deux notions complémentaires, d’origine anglo-saxonne et en provenance de l’industrie, sont devenues essentielles dans le domaine sanitaire et social.
  • Ces dernières années l’accent  a été mis par les tutelles sur deux notions qui sont liées dans la gestion des risques médicaux, à savoir le dommage associé aux soins et l’évènement indésirable grave.
  • Lorsqu’une erreur médicale a été commise, il y a en général un préjudice, un dommage pour le patient.
  • D’après la définition que l’OMS donne de la santé, le bien-être en est partie prenante.
  • Ces deux obligations sont définies par le Code civil.
  • La connaissance du grec ancien nous apprend que « iatros », dans cette belle langue morte, désigne un médecin.
  • La science médicale n’étant pas une science « dure » comme la physique ou la chimie  progresse essentiellement grâce aux études statistiques et au calcul des probabilités, qui sont à la base de ce que l’on appelle la recherche clinique d’une part, l’épidémiologie d’autre part.
  • On a coutume de dire qu’il n’y a pas de bonne façon d’annoncer les mauvaises nouvelles.
  • Tout acte médical, si anodin soit-il en apparence, présente un risque ; celui-ci n’est acceptable que si l’on attend, en contrepartie, un bénéfice de cet acte ; soigner des patients consiste donc, in fine, à évaluer à chaque fois le fameux « rapport bénéfice/risque ».